Les 10 commandements de l’utilisateur Facebook!

L’autre jour j’ai rencontré un buisson qui s’est mis à parler. Hyper énervé je suis allé voir mon vendeur de clopes parce que franchement oser mettre du tabac dans mon juin c’est vraiment pas honnête de sa part.

Bref, voilà les trucs que ce buisson m’a raconté!sans-titre-1

Publicités

Le jour où Madagascar récupéra ses îles Eparses

iles_eparses4

Vue sur l’une des nombreuses espèces d’oiseaux des îles Eparses

AMP / Antananarivo (15 octobre 2036) – S’il y a encore 20 ans, aucun malgache n’avait jamais entendu parler des îles Eparses, ce n’est plus le cas aujourd’hui. Au terme de 3 longues années de combat acharné, le président français E. Macron a fini par céder à la pression des réseaux sociaux et fait voter par le parlement français la rétrocession des îles Eparses à Madagascar le 14 octobre 2026. Aujourd’hui, 10 ans après, que sont devenues ces îles que nous réclamions à la « mère patrie » ?

3 années de lutte acharnée

Il y a 13 ans de cela, les malgaches prenaient enfin connaissance de la force des réseaux sociaux. Des 300 000 internautes connectés, le chiffre progressa rapidement pour atteindre le million. L’occasion pour de nombreux leaders de pensées de se lancer et entamer la grande lutte qui ramènera les îles Eparses dans le giron de la Grande Île ! Facebook, Twitter, Instagram et autres pétitions en ligne fusèrent alors de toute part. Un groupe même d’Anonymous malgaches lancèrent des attaques simultanées sur le web français. Après l’énième manifestation monstre dont certaines réunissaient tout de même plus de 2 millions de personnes, la France céda finalement. Mais dans quel but ?

Iles_Eparses

Vue sur l’une des nombreuses espèces d’oiseaux des îles Eparses

300 millions de dollars de réserve de pétrole

Convoitées de part et d’autres, les îles Eparses ont fini par être reconnues comme officiellement des terres malgaches. Connues pour leur important gisement en pétrole et en gaz naturel, le gouvernement malgache n’a pas tardé à distribuer les permis d’exploration et d’exploitation aux grandes compagnies pétrolières. Total en tête bien évidemment, mais aussi l’américain Exxon ou le russe Gasprom.

Si les premières phases ont été achevées il y a 5 ans et que le stade de production a été atteint il y a 3 ans, les malgaches attendent toujours les retombées de ce pétrole béni des îles ! Il faut dire que malgré l’exploitation de Bemolanga (huiles lourdes) ou Tsimiroro, le quotidien des malgaches n’a pas beaucoup changé. Les routes sont toujours aussi abîmées et il devient de plus en plus difficile de joindre deux villes. La RN2 est ainsi dans un piteux état, asphyxiant une économie qui doit déjà être au fond du gouffre.

Rappelons qu’en 2015, les experts estimaient les réserves des îles Eparses à plus de 300 millions de dollars.

Une faune et une flore éteinte

Il y a 10 ans, les îles Eparses vierges de toutes traces humaines étaient le refuge de nombreuses espèces. Faune et flore y coexistaient en toute quiétude. Sauf qu’en 2028, le gouvernement malgache avait lancé une politique de peuplement des îles afin d’y assoir sa souveraineté. Les conséquences néfastes de cette « civilisation » des îles a ainsi eu pour effet de quadrupler le nombre d’habitants. Ne disposant pas des ressources nécessaires, la nature a finalement fini par prendre le dessous.

Un éco-lodge en projet ?

Après avoir vainement tenter d’installer des habitants sur les îles Eparses, le gouvernement malgache vient récemment de lancer un appel d’offres pour un bail emphytéotique sur l’île des Glorieuses. L’occasion pour une riche chaîne d’hôtels de sauter sur l’occasion : une île-hôtel. En attendant, il reste encore tout à faire. Reboiser pour remplacer toute la végétation anéantie par les feux de brousse des locaux qui ont déserté l’île depuis longtemps, tout construire et détruire les habitations de fortune…

Des soupçons de détournements en masse

Certaines sources soupçonnent l’Etat d’avoir fait main basse sur les ressources des îles Eparses. Il reste en effet impensable qu’un pays producteur de pétrole comme Madagascar voit le prix de son litre d’essence coûter le double de ce qu’il vaut sur le marché international. Des dizaines de « cités-Etats » ont par ailleurs vu le jour sur toute l’île. A l’image du quartier résidentiel Alhambra, où cohabitent les hauts dignitaires du régime dans le luxe et le confort. Selon certaines informations, le m² est passé dans ce quartier de 1500€ à plus de 20 000€ aujourd’hui et ce en moins de 3 ans. Une réalité qui surprend quand 99% de la population vit avec moins de 50 centimes d’euros par jours.

Aujourd’hui la question est de savoir à qui profitent réellement les îles Eparses et si finalement les malgaches n’auraient pas du revoir leur sens des priorités ?

afp-c34d472e20a19bbce94e2a2e11b380ac50beeaf0

Vue sur l’une des nombreuses espèces d’oiseaux des îles Eparses

Toute ressemblance avec des faits ou des personnes qui pourraient ou auraient exister ne serait être que le fruit du pur hasard.

Qu’Allah le Grand nous bénisse au nom du Père

Notre Père qui êtes sur Twitter
Que ton twitname soit sanctifié
Que ma TL vanne
Que ta volonté soit tweetée
Sur la TL comme aux oeufs
Donne nous notre FAV quotidien
Pardonne nous nos DM comme nous pardonnons à ceux qui ne nous ont pas retweeté
Éloigne nous du plagiat et délivre nous des beliebers
Car c’est à toi qu’appartient les TT pour des semaines et des semaines.
RT et follow moi back!